[EVENT] Depuis Roubaix à la coopérative Baraka jusqu’au 7.03.2015 | LE TITRE

[EVENT] Depuis Roubaix à la coopérative Baraka jusqu’au 7.03.2015

Hernan Ameijeiras, journaliste et photographe Argentin installé à Roubaix, s’est pris d’affection pour cette ville dont il tire chaque jour le portrait. D’abord publiées sur les réseaux sociaux, ses photographies sont exposées à la coopérative Baraka à Roubaix jusqu’au 7 Mars 2015. Il a accepté de me rencontrer autour d’un cupcake, pour me parler de sa vie, de son coup de cœur pour Roubaix, de ses Photos, et de l’avenir. 

 

Comment avez-vous découvert Roubaix ?

Nous avions déjà vécu 5 ans à Lille avec ma femme, nous sommes retournés vivre en Argentine pendant sept ans. Nous sommes revenus en France il y a seulement un an et demi. Nous avons alors cherché à acheter une maison sur la métropole, et après avoir fait choux blanc à Lille, et à Tourcoing, nous avons laissé sa chance à Roubaix il y a 6 mois. Le coup de cœur a été immédiat.

Je n’avais pas aimé vivre à Lille : tout y semble terne, et les gens ne sont pas très chaleureux. A Roubaix, il y a une énergie, une vitalité, et j’ai retrouvé un peu de l’Argentine dans la communauté Maghrébine.  A Roubaix les gens ont une force, un vrai espoir de voir les choses changer.

En tant que photographe j’y ai aussi trouvé une lumière et une architecture qu’il n’y a nulle part ailleurs. En Argentine, tu sors de chez toi le matin, et il fait beau. Il fait tout le temps beau, il n’y a pas de surprise. A Roubaix, le temps change tout le temps, et même au milieu d’une journée pluvieuse, il y a toujours un rayon de soleil. Pour l’architecture c’est la même chose. Tu as des HLM, des trucs très laids, et en traversant la rue tu as de sublimes maisons, des quartiers très riches. J’adore cette diversité.

Basket Roubaix

Comment avez-vous eu l’idée de prendre des photos de Roubaix, et de les partager sur Facebook ?

J’ai toujours pris des photos: Avant je travaillais pour National Geographic, et pour de grands journaux Argentins comme La Nación (le quotidien conservateur nldr.) et La Revista Barcelona, « le Charlie Hebdo Argentin ».
Aujourd’hui je réalise des documentaires avec ma femme, et nous avons monté une petite maison de production, Mais je continue à faire des photos. Je me promène deux ou trois heures par jour à Roubaix, je fais des photos et parle avec les gens. Un jour j’ai choisi de mettre mes photos sur Facebook, et peu à peu des gens sont venus me parler. Ça m’a permis de rencontrer beaucoup de gens qui sont impliqués dans l’avenir de Roubaix, et qui ont de très beaux projets. Un jour, la coopérative Baraka m’a contacté. Ils m’ont dit qu’ils aimaient mes photos, et qu’ils voulaient les exposer dans leurs locaux. J’ai tout de suite accepté.

Vendredi dernier (Vendredi 16 Janvier 2015) on a fait le vernissage à la coopérative Baraka. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de monde.
J’avais aussi un peu peur de faire un vernissage et de me retrouver face à des gens qui trouvent tout « formidable », comme ceux qu’on voit à tous les vernissages, mais j’ai eu des rapports très simples avec les gens qui sont venus. Ils m’ont dit ce qu’ils aimaient et ce qu’ils n’aimaient pas dans mes photos, et nous avons pu parler de Roubaix, de leur vision des choses. C’était très intéressant.

Quels sont vos envies d’avenir pour vous et pour Roubaix ?

Je crois que Roubaix est entré dans de bonnes dynamiques. Quand je suis arrivé à Roubaix il y a deux ans, impossible de trouver un restaurant d’ouvert le weekend, maintenant on peut sortir le soir et le weekend sans avoir à aller à Lille. Je crois qu’il faut aussi sortir de la piscine. Il y a d’autres lieux d’exposition formidables, comme la galerie de bains révélateurs. Mais peu de gens les connaissent.

Pour ce qui est de mes projets, j’aimerais faire une exposition collective autour de Roubaix, avec des photographes amateurs. J’ai également le projet de réhabiliter le couvent des clarisses, et d’en faire un centre culturel autofinancé, avec des ateliers en location pour les artistes, et de grands espaces pour faire des expositions.


Ses photos sont exposées à la coopérative Baraka du 7 Janvier au 7 Mars. Foncez-y ! 

Retrouvez les photos d’Herman Ameijeiras sur sa page Facebook : Depuis Roubaix

Thomas on youtubeThomas on instagramThomas on facebookThomas on email2
Thomas
Fondateur - Rédacteur en chef
Véritable touche à tout 2.0, Thomas cumule les passions et les intérêts sans jamais se lasser.
Le-titre.fr, c'est son fils, sa bataille.

Street-Golfer
Infocom-Lille3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>