[FILMS & SÉRIES] HASTA LA VISTA, LE PLUS BEAU FILM DU MONDE | LE TITRE

[FILMS & SÉRIES] HASTA LA VISTA, LE PLUS BEAU FILM DU MONDE

Hasta la vista de Geoffrey Enthoven.  Je viens de le re-re-re-re revoir. J’ai encore pleuré, et ri, et souri.

Hasta la vista, c’est un film que j’ai vu l’année de sa sortie en 2012. Depuis, à chaque fois que quelqu’un me demande si j’ai une idée de film à regarder je le conseille vivement (euphémisme).  Alors pourquoi je vous en ai pas parlé plus tôt hein? Eh bien parce que ce film fait vraiment partie de mes films préférés, peut-être que c’est mon film préféré d’ailleurs, mais je veux pas choisir (car je ne veux pas faire de mal aux autres films) alors je vais dire qu’il est dans le top en tout cas. Et donc c’est assez difficile d’en parler tellement je l’aime. D’un amour sincère et inconditionnel.

C’est pas évident d’en parler, mais je vais essayer quand même.

Un film belge (d’amour) (c’est pas un film d’amour mais il y a de l’amour dedans)

Hasta la vista c’est un film belge, vous vous dîtes “chouette pas besoin de sous-titres”, eh bien non. Le film est flamand et non wallon, mais franchement me sortez pas l’excuse de :”oh bah non, j’ai pas trop envie d’écouter des dialogues en flamand gniagniagnia”. Je sais que tu regardes des films en anglais sous-titré alors que t’étais clairement pas le premier de la classe dans la langue de Shakespeare, alors chut.

C’est pas du tout dérangeant. Et puis il y a un peu de français et même que les personnages s’y essaient et c’est trop des barres de rire.

Le fait que le film soit belge et flamand en plus, est je pense quelque chose d’assez cool. En effet c’est plutôt rare de regarder des films néerlandophones, on ne peut pas dire qu’ils envahissent nos salles de projection. Même les films belges francophones ne courent pas les rues, on peut citer Dikkenek ou C’est arrivé près de chez vous, et sûrement d’autres, mais pas des tonnes et des tonnes.

Alors pour l’ouverture culturelle, on dit oui !

Hasta la Vista, ça parle de quoi ?

C’est l’histoire de trois (jeunes) garçons qui sont amis. Tous les trois sont handicapés, mais ce n’est pas le sujet du film, simplement c’est ces handicaps qui vont être en quelque sorte la raison qui va les pousser à faire un joli road-trip. En bref ils veulent se rendre dans un bordel en Espagne pour perdre leur virginité, bordel qui est connu pour justement avoir des clients handicapés.

Évidemment ils ne disent pas le vrai but du voyage à leurs parents, ils prétendent vouloir faire un petit voyage en France pour goûter du vin, ils vont vraiment aller en France et goûter du vin donc ce n’est qu’un semi-mensonge. C’est un peu difficile de les convaincre, ils acceptent, puis ne sont plus d’accord. Peu importe, les garçons sont motivés, ils organisent tout et partent en cachette.

Les personnages

On a Philip, joué par Robrecht Vanden Thoren. Il est tétraplégique donc dans un fauteuil roulant et paralysé. Dans la bande des trois c’est lui le gars jamais content, il aime bien ronchonner et se plaindre, sur l’organisation, sur ses amis… Toujours à râler. En fait je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il est en colère contre la vie (qui l’en blâmerait…) à cause de sa condition physique, mais à mon avis il serait de mauvaise humeur même s’il n’était pas dans un fauteuil, ça fait partie de son caractère.

Puis Lars, le beau gosse du groupe, joué par Gilles De Schrijver. Il n’a pas toujours été malade, il a une tumeur, son état se dégrade de jour en jour. Les médecins ne sont pas optimistes quant à son espérance de vie.  Ce voyage pour lui c’est une manière d’être libre, de profiter de ses derniers moments. Il est effrayé par ce qui l’attend, on s’identifie à lui, on le trouve (beau) (d’accord j’arrête, en plus même s’il était pas beau je me serais attachée quand même) très attachant. Et la relation qu’il a avec sa petite soeur Yoni, qu’on voit au début, est ultra mignonne.

Le troisième de la bande est Jozef, joué par Tom Audenaert. il est (très) mal-voyant. Il est tellement adorable… Mais vraiment. Tout le temps à faire des blagues en rapport avec son handicap. Il est super touchant. Tous les trois le sont de toute façon. En plus on le voit tomber amoureux au fur et à mesure. Jozef il est super gentil. Mais pas du tout dans un sens péjoratif qui voudrait dire qu’il est neuneu. Non pas du tout, c’est un vrai gentil, qui veut juste aider les gens au maximum qu’il peut, et qui rit aux éclats comme un gamin qui ne se préoccupe pas des normes sociales.

Et enfin il y a Claude, jouée par Isabelle De Hertogh. La Belge francophone, l’infirmière qui les accompagne et leur sert aussi de chauffeur. Au début on ne comprend pas trop sa personnalité, si elle est là pour l’argent, si elle est sympathique… Il faut dire que les garçons sont un peu concon avec elle, surtout Philip et un peu Lars, qui sont gênés que ce soit une femme. Mais après une mise au point de la part de Claude, ils acceptent enfin d’être aidés. Et même qu’après ils chantent tous en coeur du Joe Dassin dans la voiture. Claude, est un peu une handicapée sociale, elle vient de sortir de prison après avoir tenté de tuer son mari qui l’avait trompé et n’était vraiment pas sympa avec elle. Elle a une énorme carapace pour se protéger des autres. Mais au contact des garçons, son handicap s’efface, tout comme les leurs.

Pourquoi ce film est le plus beau du monde ?

Les films avec les handicapés il y en a très peu. D’accord il y a Intouchables mais c’est clairement pas le sujet les gars. Il y en a peu, et souvent quand on parle du handicap on tombe dans le pathos, ce qui n’est ni scandaleux ni incompréhensible, c’est un sujet compliqué, les réalisateurs marchent sur des œufs, ne veulent pas offenser. Et puis forcément on a tendance à éprouver de la pitié (pas de la pitié en mode “tu fais trop pitié” entendons-nous bien).

Hasta la vista c’est aussi beau car je pense honnêtement que l’idée n’est pas de faire un film sur les handicapés, mais avec eux, et c’est toute la différence. On n’est jamais dans le pathos, on le laisse bien loin, on s’en fout. Jamais les personnages n’ont peur des mots, c’est une réalité, ils sont handicapés ou malade pour Lars. Ils en rient en permanence, se moquent les uns des autres, se moquent d’eux-mêmes. Mais ça ne veut pas dire qu’ils ont accepté leur condition et qu’ils sont heureux comme ça. Pas du tout. Évidemment qu’ils sont en colère, ils en ont ras la casquette de devoir demander à leur mère de les aider quand ils ont besoin d’aller aux toilettes. Évidemment qu’ils trouvent ça injuste d’être prisonnier de leur corps alors qu’ils pourraient courir et se trémousser dans les champs.

Et puis c’est génial car pour une fois on ne parle pas de leur courage ou je ne sais quoi, encore une fois rien de méchant dans ces propos, simplement ici à aucun moment ils se présentent comme des surhommes. C’est juste des gars de leur âge, et ils sont comme tout le monde; la preuve Lars fait genre il est fatigué pour que sa petite sœur fasse la vaisselle à sa place, car personne n’a envie de faire la vaisselle.

Et puis, on parle de la sexualité des handicapés. Et là on acquiesce. On est content. C’est tellement rare de parler de ça… Pas seulement au cinéma d’ailleurs, dans la société je trouve que c’est un sujet extrêmement tabou. Comme si les handicapés n’avaient pas de besoins. Philip, Lars et Jozef ont envie d’avoir des relations sexuelles, oulalalah quel scandale.

[Renseignez-vous sur les débats qui existent pour savoir si oui ou non il faut des accompagnants sexuels pour les handicapés, c’est vachement intéressant, mais ce n’est pas le lieu pour en parler, et je ne suis pas la meilleure personne pour le faire, donc revenons au film !]

Il est magnifique ce film bordel. Oui on éprouve de l’empathie, mais ce n’est pas un gros mot. C’est juste humain d’avoir mal au cœur quand tu vois des gens qui galèrent à faire des truc tout con du quotidien… Il n’est pas triste ce film, il y a des moments tristes c’est vrai, mais voilà il réchauffe le cœur, et on est heureux de faire ce road-trip avec eux, de faire partie de cette bande d’amis. On est heureux de les connaître car ce sont de belles personnes, et c’est même pas Marion Cotillard qui le dit.

Carolineovich on twitterCarolineovich on instagramCarolineovich on email2
Carolineovich
Rédactrice
Notre touche féminine dans ce monde de brutes.
Elle nous parle du monde, et de la société à travers ce qu’elle lit et regarde, avec cette petite touche d’humour assassin qui fait tout son charme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>