[FILMS & Series] Le Voyage d’Arlo : Pixaruminus Rex | LE TITRE

[FILMS & Series] Le Voyage d’Arlo : Pixaruminus Rex

Dimanche soir, Paris. Ce n’est pas la première fois que l’on me fouille à l’entrée d’un cinéma depuis janvier dernier, mais c’est bien la première fois qu’un vigile me tâte pour vérifier que je ne porte pas de ceinture à explosifs. Oui, on aura beau dire ce que l’on veut, mais à Paris, on a peur. En Turquie, au Liban, en Syrie, ils ont peur aussi. Bien plus, probablement.

Et ça tombe bien car la peur, c’est le thème central du nouveau film de Pixar, Le Voyage d’Arlo. Et oui ! Déjà un nouveau Pixar, qui doit sortir mercredi prochain (le 25 Novembre) ! Tout ça suite à des chamboulements internes qui ont décalé leur calendrier, et des détails et technicités dont toute personne saine d’esprit devrait se fiche totalement. Mais bon, je le vis bien. Donc ! Le Voyage d’Arlo suppose que les dinosaures n’ont jamais disparu, et nous propose d’en découvrir une famille dino (de diplodocus? Ils y ressemblent en tout cas), et en particulier son plus jeune membre. Arlo est le seul de sa famille à ne pas trouver sa place, car il a peur de tout ; il aimerait être comme son père, ou son frère, qui eux semblent être impossible à terrasser, à démonter. Toujours droit et fort, comme le montre si bien leurs cous… ben, droits et forts. Ne ratez pas ce détail par ailleurs, chaque personnage de la famille peut être résumé à la forme de son long cou ! Et celui d’Arlo donc, montre qu’il a peur.

C’est cette émotion qui le guidera dans un voyage terrible dont je ne divulguerai pas ici les raisons. Accompagné d’un petit humain sauvage qui lui servira d’animal de compagnie, et qui rappellera beaucoup Luffy aux fans de One Piece, il va tenter de devenir un dinosaure, un vrai, qui n’a pas froid aux yeux ! Sous bien des aspects, le film ressemble donc au Monde de Némo (il y a même un gag en commun) puisqu’il raconte un périlleux voyage, aux péripéties franchement terrifiantes. Les plus fins reconnaîtront aussi un peu du Livre de la Jungle et du Don Bluth dans le tout, et les fans de cinéma classique y verront en gros un western de John Ford croisé avec une grande fresque humaniste de Frank Capra. Tout ça pour dire : ça déchire.

Riche en aventures et en personnages coloriperchés (tous les personnages secondaires sont excellents, mais la palme revient à la famille de T-Rex de l’Ouest), Le Voyage d’Arlo est exactement ce dont nous avions besoin, là maintenant. Quelque chose de foncièrement beau, qui laisse souvent les images, époustouflantes, nous dire ce que les mots ne savent pas toujours former. Quelque chose qui nous rappelle, à nous qui avons grandi avec Pixar (16e long métrage en vingt ans quand même), ce que c’est d’être un enfant face à l’incommensurable immensité du monde. Quelque chose qui enfin ose nous montrer qu’avoir peur est normal, et qu’il faut s’en servir pour avancer.

Certains me diront que j’abuse un peu avec les parallèles avec les événements du 13 novembre, mais je vous jure que je n’invente rien: les méchants du film se disent être des adeptes d’un culte salvateur avant de terroriser le héros… Comment vouliez-vous que deux jours après, en plein Paris, le parallèle ne me saute pas à la gorge aussi puissamment ? Toujours est-il que je suis entré dans le cinéma un peu terrifié et secoué, et que j’en suis ressorti plus droit. Alors merci, Pixar. Le Voyage d’Arlo, dépêche-toi de sortir, on a besoin de films comme toi.

Renaud J. Besse on youtubeRenaud J. Besse on facebookRenaud J. Besse on email2Renaud J. Besse on blogger
Renaud J. Besse
Rédacteur
Ecrivain touche à tout au sens large ; films, nouvelles, critiques, pièces de théâtre, musique...
Réalisateur au sein de la Micro-Vague Productions, acteur et coach chant dans la troupe de comédie musicale Les Kids des Etoiles.

Tout ça sonne cool mais sinon pour manger j'enseigne l'anglais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>