[FILMS & SERIES] Les Films du Dimanche #6 | LE TITRE

[FILMS & SERIES] Les Films du Dimanche #6

Les films du dimanche, c’est une petite rubrique où je vous propose trois films toutes les semaines, du même réalisateur, avec le même acteur ou sur le même thème… On n’est pas strictes sur les règles car on aime la vie !

Cette semaine, on passe par toutes les émotions, accompagné par le magnifique, le merveilleux, l’audacieux, l’intrépide, Jean-Paul Rouve !

 

Le plus London Calling,  « Moi César 10 Ans 1/2 1m39″ (2003), Richard Berry

César, jeune, petit, un peu gros, et un peu con, se pose beaucoup de questions sur sa condition de petit garçon, et sur la vie des gens qui l’entourent. Comme c’est un enfant on ne lui dit rien, et comme on ne lui dit rien, il s’invente une vie. Son (seul) meilleur ami Morgan est tout le contraire de lui: grand, black, sportif, il s’élève tout seul parce que sa mère travaille tard le soir (non elle est juste infirmière) Ils sont tous les deux amoureux de Sarah Delgado, la plus belle fille de l’école.  Les trois enfants s’enfuient ensemble en Angleterre, pour retrouver le père de Morgan. 

Une magnifique critique de la société  par un enfant de 10 ans. C’est drôle, et le casting est juste tellement magnifique que j’en pleure.

 

Le plus Gangster, « Sans Arme Ni Haine Ni Violence » (2008), Jean-Paul Rouve

Arrêté en 1977 pour avoir été le cerveau du casse du siècle, Albert Spaggiari s’échappe du bureau du juge d’instruction et part en cavale en Amérique du sud, où il mène pendant plusieurs années une vie de pacha avec sa femme, insaisissable pour la police française. Vincent, reporter pour Paris Match, le retrouve pour quelques jour, et découvre le vrai visage de l’ennemi public numéro 1. Un homme généreux et drôle, looser magnifique.

Une magnifique manière de découvrir l’histoire du casse du siècle, loin des clichés du grand banditisme. Le génie loufoque de Jean-Paul Rouve donne à Spaggiari une image de gamin prétentieux. J’adore.

Le Plus Généalogique, « Quand je serai petit » (2012), Jean-Paul Rouve

Mathias a 40 ans. Un jour il rencontre un petit garçon qui ressemble à lui quand il avait 10 ans. En retrouvant ce garçon il se rend compte qu’il porte le même nom que le sien, que ses parents portent les mêmes noms que ses parents, bref que c’est sa famille, mais 30 ans dans le futur.

Il se met à passer de plus en plus de temps avec cette famille, et surtout avec Jean (Benoit Poelevoorde) le père du petit Mathias, comme s’il pouvait rattrapper le temps qu’il na pas pu passer avec son père, qui est mort. 
Il essaie de guider la famille pour qu’elle ne comète pas les mêmes erreurs que la sienne, pour le bien du petit Mathias. 

A la fois drôle et bouleversant, rempli de situations cocasses, et un Benoit Poelevoorde criant de vérité, ce film a un petit peu changé ma vie. 

Thomas on youtubeThomas on instagramThomas on facebookThomas on email2
Thomas
Fondateur - Rédacteur en chef
Véritable touche à tout 2.0, Thomas cumule les passions et les intérêts sans jamais se lasser.
Le-titre.fr, c'est son fils, sa bataille.

Street-Golfer
Infocom-Lille3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>