[FILMS & SERIES] Nous Trois ou Rien : La Gloire de mon Père | LE TITRE

[FILMS & SERIES] Nous Trois ou Rien : La Gloire de mon Père

Franchement, quand on te dit Kheiron a réalisé un film, tu te dis ok, on va y aller et bien rigoler comme des peintres. C’est un comique le gars, on y va pour le bidonnage ! Hahahaha ! Hahahaha ! Hahahaha MAIS NON MON GARS TU VAS PLEURER COMME UN BEBE !

Parce que voilà, Kheiron, que l’on connait surtout comme comédien de stand-up et pour son rôle shyamalanesque dans Bref, il a un paquet de trucs à raconter. Et ce qu’il a décidé de nous balancer à la figure, c’est l’histoire de ses parents ; comment ils ont grandi en Iran, dans l’opposition au gouvernement, comment ils se sont rencontrés, comment ils ont soufferts, comment ils ont fuit et ont dû construire quelque chose de nouveau en France, dans le 93.

Pour cela, Kheiron a fait venir tous ses potes, nouveaux et anciens ; de Kyan on passe rapidement à Alexandre Astier (qui joue sans déconner le sha de l’Iran, et qui a le droit aux meilleures scènes comiques du film avant de se faire voler la vedette comme pas permis par une maman arabe), ou encore Gerard Darmon, on les reconnaît tous. Quant à lui, et cela doit être extrêmement perturbant, il joue le rôle de son propre père. A ses côtés, Leïla Bekhti – le point d’orgue du film niveau justesse du jeu – interprète sa mère, une femme forte absolument hilarante dans sa manière de dominer son mari.

Vous l’aurez compris, il y a beaucoup d’humour dans le film, et c’est principalement ce qui en fait un ovni à mes yeux. Le sujet est poignant, certaines scènes sont déchirantes d’humanité (notamment une des meilleures scènes de coup de téléphone que j’ai jamais vu), mais malgré cela Kheiron laisse un humour totalement hors de place et anachronique s’immiscer dans son oeuvre. Soyons bien clair, ce n’est pas le simple comic relief que l’on trouve dans les films dramatiques, non, ce sont des blagues totalement connes et ce dans les contextes les plus inattendus.


C’est là à mon sens la force véritable du film : grâce à cette prise de parti, il ne ressemble à aucun autre. Alors c’est vrai, tout ne fonctionne pas ; parfois Kheiron va trop loin dans le pathos, parfois les bons sentiments comme la mise en scène semblent mal approprié. Mais pour ce qui fonctionne, et pour la valeur ahurissante de l’histoire qu’il transmet, il mérite le détour. Et quoi qu’en dise ça, c’est une sacré putain de déclaration d’amour à ses parents bordel excusez mon français.

Renaud J. Besse on youtubeRenaud J. Besse on facebookRenaud J. Besse on email2Renaud J. Besse on blogger
Renaud J. Besse
Rédacteur
Ecrivain touche à tout au sens large ; films, nouvelles, critiques, pièces de théâtre, musique...
Réalisateur au sein de la Micro-Vague Productions, acteur et coach chant dans la troupe de comédie musicale Les Kids des Etoiles.

Tout ça sonne cool mais sinon pour manger j'enseigne l'anglais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>