SERIE | Shameless (US) : la série qui n'a pas froid aux yeux | LE-TITRE.FR

[FILMS & SÉRIES] Shameless (US), la série qui n’a vraiment honte de rien

Shameless saison 6

Shameless (US), J. Wells, de 2011 à aujourd’hui.

COMMENT ÇA, LA VERSION US ?!

Les puristes diront que je suis zinzin de préférer la version américaine de la série Shameless, qui à la base est anglaise. Et je comprends bien pourquoi, souvent les versions américaines des séries d’autre pays sont nulles. Et surtout on se dit que les américains préfèrent refaire la série qui a bien marché ailleurs plutôt que de diffuser le programme original d’un pays qui n’est pas le leur. Donc qu’il n’y a pas un grand intérêt là-dedans.

En exemple on peut citer Skins, la série britannique sur des ados dévergondés et touchants de Bristol. Elle a été refaite en version américaine, et ce fut une catastrophe intergalactique. Du copié/collé. Tout bêtement. J’ai seulement regardé les 5 ou 10 premières minutes du pilote en me demandant sincèrement si c’était une blague. Une version identique à la réplique près mais en complètement nul car pas du tout assumé, une version beaucoup plus light: on est aux États-Unis donc nos adolescents ne disent pas trop de gros mots et ne boivent que de la bière très légère et oh la la la, ça va déjà trop loin.
Bref c’est raté. Et je vais m’arrêter là car je suis quand même supposée parler de Shameless et pas de Skins, c’est écrit dans le titre (#corporate).

shameless famille gallagher

Alors pourquoi je regarde la version américaine? Eh bien c’est une bonne question. On m’a conseillé cette série, et j’ai d’abord regardé la version anglaise, tout du moins le premier épisode avant de me rendre compte qu’en fait on m’avait conseillé les bails américains. Bref. Tout ça pour dire que du coup je sais que l’histoire et les personnages, tout comme pour Skins, sont complètement copiés/collés sur le modèle britannique. Les deux pilotes sont construits pratiquement de la même façon.
Et pourtant… j’ai continué avec les américains. Alors voilà, il y a pas vraiment de raison, j’aime, en général, beaucoup les séries britanniques en plus… Bref. (Oui c’est le troisième “bref” employé ici. Je vais faire de mon mieux pour qu’il n’y en ait pas de quatrième.)

NO SHAME POUR SHAMELESS

Il était une fois… La famille Gallagher. Elle est pauvre. Vit à Chicago dans un quartier… défavorisé? On va dire ça comme ça.
Dans la famille il y a 6 enfants, c’est l’aînée, Fiona, qui s’occupe de ses frères et soeurs. On ne peut pas vraiment compter sur les parents, entre la mère Monica, bipolaire, qui a pris la fuite et le père, Franck, alcolique, qui est là comme un parasite autour de la maison… Alors, dans les enfants après Fiona on a Lip, Ian, Carl, Debbie et Liam.
Les enfants essaient de survivre comme ils le peuvent dans la jungle urbaine sans l’aide de leurs parents.  Chez les Gallagher on se préoccupe pas tellement de la loi, alors voilà on a des tas de combines pour s’en sortir.

Lip argent shameless

Fiona tient le rôle de parent, même si elle est pas forcément tout le temps responsable, elle a ses histoires de son côté, mais en attendant grâce à elle, la maison tourne, les enfants vont à l’école et mangent à leur faim.
Lip aide Fiona et il est intelligent, très intelligent. Ian (il est interprété par celui qui jouait le petit roux chelou de la classe de Dewey dans Malcolm), aide aussi, il est plus dans le délire sportif militaire. Carl et Debbie sont très mignons dans les premières saisons, même si Carl est déjà un peu badass, il l’est encore plus après, et Debbie devient un peu bêbête au fur et à mesure. Et Liam est tout petit et tout mignon.

fiona steve shameless

Shameless c’est génial car c’est pas dans la retenue, on voit absolument tout ce qu’on ne s’attend pas à voir dans un programme américain. Je parle pas de tous les programmes américains, mais bon quand même ils sont spécialistes du “il a bu une bière = oh mon dieu c’est un délinquant” #septalamaison ou encore de “Oui nous faisons l’amour en gardant nos vêtements et en restant sous les draps”.

On a des tonnes de gros mots, et de la drogue, et du sexe, et on dit crotte à la morale.

C’est vraiment très bien écrit, c’est drôle, on devient accro et on s’attache clairement à cette famille.

ILS DEVRAIENT QUAND MÊME AVOIR HONTE PARFOIS

Ouais, parfois ils devraient un peu avoir honte. En fait je pense qu’à un moment on arrive à la limite de ce que l’on peut supporter, et on arrive plus trop à regarder… Le personnage du père notamment, merveilleusement joué par William H.Macy, est tellement HORRIBLE, il se sert tout le temps de ses enfants pour obtenir de l’argent pour se payer à boire et de la drogue. À un moment il va carrément faire croire à son fils Carl qu’il a un cancer…
Mais bon, on ne s’attend dès le départ pas à grand chose de la part des parents, on les déteste de base. Alors même s’ils nous rendent mal à l’aise, ça passe.

Franck père shameless

En revanche, dans la saison 5, Fiona pète complètement un câble. On peut la comprendre, depuis son plus jeune âge elle doit assumer des tonnes de responsabilités et s’occuper de toute la famille… Mais voir qu’à cause de sa non-surveillance, son petit frère Liam ingère de la drogue. Là j’avoue que ça a touché les limites, enfin mes limites. Voir un petit de 5 ou 6 ans qui prend de la coke (sans faire exprès hein, il veut pas se droguer…), ben c’était ma limite, ça allait trop loin, et j’ai eu envie de gifler Fiona malgré l’empathie et tout le reste.
C’est pas pour autant que j’ai arrêté de regarder, parce qu’en fait la série sonne très réaliste. Regarder Shameless c’est accepter qu’il y ait des choses qui nous dérangent, car dans la vie il y a des gens qui nous décoivent, des situations qu’on ne peut pas éviter, des trucs nuls contre lesquels on ne peut lutter… (C’était le moment #dontgiveup de l’article.)

LES PERSONNAGES AUTOUR

J’ai mes chouchous dans la famille Gallagher, Lip & Ian pour ne rien vous cacher. Et mes chouchous aussi parmi les personnages autour, car on en trouve de vachement cool, et des pas très cool qui m’énervent et que je suis bien contente quand on les voit moins.
Kev et Veronica, les voisins et amis de la famille. Fiona et V sont BFF. Eux aussi galèrent un peu au niveau sous, mais ça va quand même. C’est le couple à la vie à la mort de l’histoire.
La famille Milkovich, c’est la famille de badass. Beaucoup d’illégalité dans leur maison, des armes, de la drogue… Mandy et Mickey vont prendre de plus en place au fur et à mesure dans la série, et dans la vie des Gallagher. Sous leurs airs de tyrans kings du quartier, ils gagnent à être connus.

ian et mandy shameless

Karen et sa mère Sheila. Karen, la petite amie par intermittence de Lip. Elle est absolument détestable, manipulatrice et méchante. Mais quand on voit son père on se dit qu’elle a des circonstances atténuantes…
Sheila, sa maman donc, est un de mes personnages préférés. Au début on se dit qu’elle est complètement zinzin. Elle refuse de sortir de chez elle, elle a des sortes de tocs. Mais elle est tellement touchante… Adorable et mignonne à sa façon, et ceci malgré ses petits travers. La façon dont elle prend soin de sa fille et se bat pour elle, qui franchement ne le mérite pas, est vraiment coeur coeur.

sheila shameless

 

Au-delà de la fiction et du fait que ce soit une série géniale et divertissante et rigolote et touchante et blablabla. Je pense qu’il y a une vraie dimension sociale. Avec Shameless on porte un regard sur les quartiers des États-Unis, et leur population, qui semble abandonnés et oubliés. Les gens qui essaient de faire ce qu’ils peuvent en sachant qu’ils peuvent pas s’en sortir, piégés. Peut-être que parfois le trait est un peu exagéré, mais ça a le mérite d’attirer notre attention.

Carolineovich on twitterCarolineovich on instagramCarolineovich on email2
Carolineovich
Rédactrice
Notre touche féminine dans ce monde de brutes.
Elle nous parle du monde, et de la société à travers ce qu’elle lit et regarde, avec cette petite touche d’humour assassin qui fait tout son charme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>