[FILMS & SÉRIES] THE LEFTOVERS revient pour une saison 2 | LE TITRE

[FILMS & SÉRIES] THE LEFTOVERS revient pour une saison 2

The Leftovers, une série où on ne comprend pas grand chose, mais qui est magnifique.

J’écris ces lignes avant de commencer la saison 2 qui vient de débuter sur HBO, j’en suis toute excitée. (Calmez-vous.)

Ses créateurs

D’abord on peut parler d’un de ses créateurs: Damon Lindelof qui a quand même été un des auteurs de LOST même si les gens ont tendance à plus connaître JJ.Abrams car créateur de la série et de ce fait plus populaire.

On pourrait aussi parler de l’autre créateur de The leftovers, Tom Perrotta, mais je ne connais pas cette personne donc nous ne le feront pas.

Le pitch

Le pitch de la série est le suivant: partout dans le monde des gens ont disparu sans laisser de trace (<3). C’est d’ailleurs ce que l’on voit au tout début du pilote. Des gens donc, vont comme s’évaporer. La suite de l’histoire se déroule quelques années plus tard, trois ans exactement. On se centre sur une ville en particulier des États-Unis, Mapleton, et on voit quels dégâts cela a causé sur les gens qui eux sont restés.

Un Univers à part

The Leftovers – les restes, les laissés pour compte, ceux qui restent – est une de ces séries qui a vraiment son propre univers. Une photographie reconnaissable, avec des couleurs froides. Une atmosphère toute particulière, avec une certaine lenteur, des mouvements tout doux… Tout cela accompagné d’une musique complètement folle: Vladimir’s blues de Max Richter.

ARVE Error: Mode: is invalid or not supported. Note that you will need the Pro Addon for lazyload modes.

https://www.youtube.com/watch?v=zysmTUKMbUI

Beaucoup de tristesse, de mélancolie, de nostalgie, comme une impression que la ville est éteinte tout comme ses habitants. Mais c’est tellement beau, tellement surprenant…

Les auteurs nous laissent peu de clé pour comprendre ce qui se passe, et à tord on pourrait penser qu’il ne se passe rien. C’est faux. Tout est dans le détail et la précision. On accompagne tous ces gens qui ont perdu un de leurs proches, plusieurs parfois.

Le personnage principal

Le personnage qu’on peut qualifier de principal est le chef de la police de Mapleton, Kevin Garvey, c’est celui qu’on voit le plus, il est lié à beaucoup de gens, notamment en raison de son métier mais pas seulement. Il est interprété par Justin Theroux, le mec de Jennifer Anniston dans la vie, un peu de potin ne fait jamais de mal.

Je l’ai complètement découvert grâce à la série, même s’il a fait plein de choses avant, et il est fucking awesome.

Son personnage est assez complexe, on s’attache à lui, on le trouve touchant. Il doit gérer son père qui semble perdre la tête, sa fille ado perdue, et la perte de sa femme qui n’a pas disparu mais qui a rejoint une étrange communauté…

Rendre mal à l’aise avec brio

Dans l’histoire on a toute une palette de personnages. La disparition des gens a provoqué de la tristesse, de l’incompréhension, de la colère. Mais surtout des petites communautés se sont créées, dont certaines très particulière. En somme beaucoup de gens malsains montrent leur vrai visage.

Le groupe le plus malsain de tous, selon moi, est l’espèce de secte qui s’est créée où tous ses membres: doivent s’habiller en total look blanc, n’ont plus le droit de parler, passent leur temps à fumer, et se sont isolés dans un coin de la ville dans des maisons les unes à côté des autres. Cette secte rend totalement mal à l’aise, bien plus que cela on les haït, on les déteste, on ne les supporte pas. Ils ont une attitude complètement dérangeante. D’ailleurs le reste de la population a souvent un comportement violent envers cette secte, qui s’entête à rappeler en permanence que des gens ont disparu.

En fait cette secte donne clairement envie de vomir, et on comprend que des gens aient envie de leur jeter des petits cailloux au visage. Pas parce qu’on n’a pas de cœur, au contraire.

(Contrairement à LOST) On n’est pas du tout dans un genre fantastique avec que des choses inexplicables, oui des gens se sont évaporés, ce qui n’est pas quelque chose de tout à fait commun.

Mais bizarrement ça parait très réaliste, c’est pour cela qu’on est si remué / touché / estomaqué en regardant.

The leftovers, c’est pas une série qui passe comme ça… c’est une petite merveille, et comme je n’ai pas peur des mots, je dirais même que c’est un chef-d’oeuvre.

Carolineovich on twitterCarolineovich on instagramCarolineovich on email2
Carolineovich
Rédactrice
Notre touche féminine dans ce monde de brutes.
Elle nous parle du monde, et de la société à travers ce qu’elle lit et regarde, avec cette petite touche d’humour assassin qui fait tout son charme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>