[GAMING] Fallout Shelter | LE TITRE

[GAMING] Fallout Shelter

Hier sortait sur Android le dernier né de la famille post-apocalyptique de l’éditeur Béthesda, j’ai nommé Fallout Shelter.

Fallout Shelter Cover

Annoncé lors de l’E3, il était immédiatement sorti sur les appareils Apple, les possesseurs de téléphones et de tablettes Android restant un peu sur leur faim. Après près de deux mois d’attente, on peut dire qu’ils avaient grand faim, et hier, le jeu s’est immédiatement classé dans le top du play store, avec plusieurs millions de téléchargements en seulement quelques heures.

Fallout shelter explore un aspect jusqu’alors ignoré de la licence fallout, puisqu’il place le joueur dans la peau d’un administrateur d’abri anti atomique. Dans tous les autres jeux de la licence (sauf New Végas), le joueur incarne un aventurier, qui sort d’un tel abri, pour aller explorer les terres désolées du monde post apocalypse nucléaire et y accomplir son destin.

Véritable nouveauté, ou simple friandise pour faire patienter les fans avant la sortie de Fallout 4, les avis sur ce nouveau jeu divergent. Je l’ai testé et je vous dis tout .

Fallout Shelter Pipboy gun

Tout l’univers de la licence Fallout à une autre échelle

On retrouve dans Fallout Shelter tout ce qui fait l’identité et le succès de la licence. de l’atmosphère post-apocalyptique au pip-boy, en passant par les capsules, l’amélioration des armes, les radiations, et les sales bêtes qui infestent les terres désolées. Même dans un abri anti-atomique, on n’est pas à l’abri des pillards, des radcafards, ou des terribles faucheurs, qui peuvent décimer une population entière en quelques minutes. La décoration des salles n’est pas sans rappeler les heures d’exploration que le joueur aura pu passer dans les abris abandonnés (ou non) des précédents opus de Fallout. Un univers très 50’s-60’s, mais avec des robots, et des fusils laser. Ca sent bon le nuka cola, et le rad-away. Personnellement, j’ai retrouvé cet univers avec délice, ce qui me donne encore plus envie de découvrir Fallout 4 dans quelques mois. Ce qui d’ailleurs est certainement le but des amis de Béthesda à travers ce jeu.

Un gameplay à la fois complexe, et d’une simplicité enfantine

Fallout Shelter commence par un tutoriel rapide, grâce auquel le joueur apprend les rudiments de la gestion d’un abri anti-atomique. Très rapidement, le jeu cesse d’être didactif, et le joueur doit apprendre lui même les subtilités qui feront de lui le meilleur administrateur. La première partie, le joueur fera forcément des erreurs, qui au mieux lui coûteront quelques centaines de capsules, au pire feront mourir un ou plusieurs des résidents.

La gestion de l’abri repose sur trois ressources essentielles à la survie de ses habitants : l’énergie, l’eau, et la nourriture. Au fur et à mesure de l’expansion de l’abri, il est donc nécessaire d’augmenter le nombre de salles de production, afin qu’aucun habitant ne souffre de la faim, de la soif, ou ne se retrouve dans le noir.

Chaque résident est unique, et possède des statistiques qui lui sont propres. Afin de rendre tout le monde heureux, il faut mettre les résidents au travail en fonction de leurs talents naturels. Ils seront également plus productifs. Par exemple, un résident qui a une bonne agilité pourra travailler au fast food pour produire de la nourriture, un résident intelligent devra travailler à l’infirmerie, etc… Au fur et à mesure que le résident travaille dans une salle, la caractéristique associée à la salle augmentera chez lui : plus un résident travaille au fast food, plus son agilité augmente.

Il est également possible d’équiper ses résidents avec des tenues spéciales, pour modifier leurs statistiques. Une blouse augmentera l’intelligence d’un résident, ce qui le rendra d’autant plus efficace à l’infirmerie. Un pyjama augmentera le charisme du résident, et en fera un candidat idéal pour les quartiers ou le studio de radio.

Une fois que le joueur a compris ces quelques principes, il pourra devenir le meilleur administrateur d’abri de toute la galaxie. Il lui reste alors à augmenter la population de son abri, pour accéder à de nouvelles salles, à poster des gardes armés à l’entrée de l’abri pour le protéger des pillards et des faucheurs, et à envoyer ses résidents les plus valeureux explorer les terres désolées pour ramener des armes, des tenues et des capsules.

Tout se joue du bout du doigt. Le gameplay repose sur un système de drag&drop assez simple des résidents, pour leur attribuer une tâche. On déplace un résident dans une salle et il s’y met tout de suite au travail. Même chose pour l’exploration. On déplace un résident à l’extérieur, et on l’équipe, pour qu’il explore les terres désolées. Malheureusement cette manipulation n’est pas toujours aisée, car il s’agit du même mouvement que celui pour déplacer la caméra de salle en salle dans l’abri. Après quelques heures de jeu, l’abri atteint une taille conséquente, et en vue d’ensemble, les résidents ne sont guère plus gros que des fourmis, en tout cas sur mobile. Il est alors délicat de poser son doigt sur un résident et de le faire glisser ailleurs. Et même alors, on est pas à l’abri de sélectionner la salle où il se trouve, ou simplement de déclencher un mouvement de caméra. C’est un bug certes mineur, mais qui nuit au plaisir que l’on peut avoir à jouer à Fallout Shelter. Amis à gros doigts, bon courage !

 

Une expérience plaisante, mais difficile à maintenir dans le temps

Je joue à Fallout Shelter depuis un jour maintenant, et je suis dans une phase assez longue, où je dois augmenter ma population pour pouvoir poursuivre l’aventure. Chacun de mes résidents a trouvé sa place, et je résiste sans problèmes aux attaques de pillards. J’ai envoyé deux explorateurs bien équipés à l’extérieur pour qu’ils me ramènent du matériel et des capsules. J’ai fait quelques erreurs de disposition des salles, ce qui m’empêche d’en tirer le maximum de ressources, mais mes niveaux de ressources sont bons. Je suis tenu en haleine environ toutes les deux minutes, car je dois collecter les ressources produites par les salles, et faire grimper mes résidents en niveaux. Je m’occupe également de les faire se reproduire, afin que mon nombre d’habitants atteigne 20. Une fois cette limite franchie, je pourrai construire un studio de radio, qui attirera de nouveaux résidents vers mon abri. Mais à part ça, j’ai la désagréable sensation d’avoir plus ou moins fait le tour du jeu. Mes résidents sont heureux et survivent paisiblement. J’ai l’air d’être un bon administrateur pour l’instant, mais ensuite ?
Je trouve que le jeu manque d’un objectif à atteindre à long terme, quelque chose qui pousse le joueur à continuer, après quelques jours, et quelques semaines. En cela Bethesda s’est trahi. Certes, le studio nous livre certainement le meilleur jeu mobile de l’année 2015, il est bien fini et le gameplay et l’univers sont très riches. Mais pour la plupart des joueurs, l’expérience va se révéler lassante, et à mon avis très peu y joueront jusqu’à la sortie de Fallout 4.

Il ne s’agit pour moi que d’une friandise délicieuse, et plaisante à jouer, qui fait monter la hype autour de Fallout, quelques mois avant la sortie de leur plus gros hit depuis Skyrim. Et c’est dommage.

Je vous laisse, les radcafards envahissent mon abri.

 

Thomas on youtubeThomas on instagramThomas on facebookThomas on email2
Thomas
Fondateur - Rédacteur en chef
Véritable touche à tout 2.0, Thomas cumule les passions et les intérêts sans jamais se lasser.
Le-titre.fr, c'est son fils, sa bataille.

Street-Golfer
Infocom-Lille3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>