[GAMING] LE-TITRE VIDEO GAMES AWARDS 2015 | LE TITRE

[GAMING] LE-TITRE VIDEO GAMES AWARDS 2015

2015 est maintenant pour de bon derrière nous et il est temps de faire un point sur une année vidéo-ludique chargée de plein de bonnes choses. De grands jeux qui ont tenu toutes leurs promesses, des petits jeux qui ont fait la surprise, il y en a eu pour tous les goûts, et c’est l’heure du bilan ! Pour cela, nous lançons aujourd’hui la première édition des Le-Titre Video Games Awards. Parce qu’on ne fait pas les choses à moitié. Mais comme on aime pas trop rendre les perdants tristes et que la compétition, c’est nul, on a décidé de créer des récompenses sur mesure, avec des catégories où il n’y a qu’un seul nominé et donc qu’un seul gagnant. Pas bête hein ? Je déclare donc ces premier Le-Titre Video Games Awards ouverts !

 

Le-Titre Video Games Awards du “jeu qui aurait pu sortir en 1985, mais qui est sorti en 2015 mais dont on se souviendra surement en 2025”

Undertale_banner

On commence avec un ovni. Un jeu capable graphiquement de tourner sur Game Boy, fabriqué par un seul homme, Toby Fox, grâce à Game Maker, un logiciel qui permet de rendre le développement de jeux très simple. Des graphismes très très minimalistes, très très à l’ancienne, mais avec un concept bien à lui: La façon dont l’histoire se construit dépendra de vos choix lors des combats. Car, particularité assez inédite, vous avez le choix de tuer ou, grâce à diverses ruses plus loufoques les unes que les autres, d’épargner vos ennemis. Ça paraît bête comme ça, mais l’histoire de cet enfant, tombé dans le monde des monstres, qui se sont terrés depuis une guerre avec les Hommes, est encore plus belle quand on vous offre la possibilité d’être totalement pacifique. Ce petit RPG ne plaira pas à tout le monde du fait de son style, mais son univers, ses dialogues, ses personnages, SON HUMOUR SURTOUT, ses nombreux secrets et son histoire en font clairement l’un des jeux de l’année. Et une très belle surprise au passage.

 

Le-Titre Video Games Awards du “jeu où tu avais des doutes quand tu as entendu parlé du concept mais qui en fait t’as fait perdre tellement d’heure dans ta vie que tu as oublié de nourrir ton chat, et ton poisson, et, qu’affamé, ton chat a fini par manger ton poisson”

Rocket_League

Tout le monde cette année a entendu parlé de Rocket League. Il était incontournable. Il l’est toujours. Et risque de le rester. Ce petit jeu de voitures télécommandées qui font du foot est, sur le papier, un peu fou, mais l’est encore plus dans les faits. Rapide, agressif, à la physique sacrement bien gérée, avec un online qui donne tout son sel au jeu, Rocket League est jouissif. Faire des sauts, voler, rouler sur les murs, faire exploser ses adversaires, rien n’est interdit dans ce FIFA/Destruction Derby-like complètement barré. Il suffit de faire une partie en ligne avec des amis pour comprendre à quel point le titre est fun et à la fois sérieux. Parce qu’on ne rigole pas avec la compétition. Quand même.
Se dotant en plus de nouveaux contenus au fil des mois et ce jeu de sport d’un nouveau genre a encore de beaux jours devant lui. Encore un jeu indé qui fait des émules. A juste titre ! (Disponible sur PC, PS4 et bientôt Xbox One)

Le-Titre Video Games Awards du “jeu qui te fait tellement de bien et de mal à la fois, que tu deviens lentement sado-masochiste et que tu finis par y jouer avec un bâillon-boule et des vêtements de cuir”

bloodborne

Aaaaah. Hidetaka Miyazaki. Le papa de Demon’s Souls et Dark Souls est revenu avec From Software pour nous offrir encore plus d’heure à mourir en boucle sous les coups de boutoir de monstres aussi dégueulasses les uns que les autres. Et le pire, c’est qu’il finit toujours par nous faire aimer ça. Bloodborne, c’est un jeu sanglant, rigoureux, fastidieux. Il demande de l’investissement et de la patience. Mais il sait être très gratifiant, au prix de nombreuses morts sanglantes. Un RPG gore et gothique, à la direction artistique totalement hallucinée et somptueuse. Comme j’aime à le dire, Bloodborne est horriblement beau. Le genre de jeu qui nous fait aimer le jeu vidéo, qui ose, qui ne nous prend pas pour des idiots. Ajoutez à cela un DLC de qualité, récemment sorti. Sans oublier un background complet et complexe, un bestiaire somptueux dans sa laideur et un système de combat un peu plus accessible que ce à quoi From Software nous avais habitué, mais toujours aussi exigeant, c’est encore une fois un jeu à mettre entre des mains expertes. Mais quel jeu. Quel jeu… (Disponible uniquement sur PS4)

 

 

Le-Titre Video Games Awards du “Meilleur jeu épisodique, qui manie à la perfection le bonheur du jeu vidéo et la frustration de regarder une série, sauf que l’attente entre deux épisodes peut durer des mois, donc c’est pire.”

Tales from the borderlands

Encore une fois sorti des maîtres du jeu épisodique, le studio Telltales (The Walking Dead, Wolf Among Us, Game Of Thrones), Tales From The Borderlands est une excellente surprise que l’on attendait pas forcement. Peut-être parce que le moteur vieillissant du studio tient mieux la route dans l’ univers graphique en “cell-shading” de Borderlands. Peut-être parce que le scénario est bien construit et plein d’humour. Peut-être parce que l’esprit et l’univers post-apo de Borderlands y est reproduit avec fidélité et avec tout ce qu’il contient de personnages charismatiques et de situations hors-normes. Peut-être parce que les acteurs de doublages sont parfaits. En tous les cas, Telltale signe son meilleur jeu à mes yeux, et l’un des meilleurs jeux de l’année, à des années lumières du soporifique Game Of Thrones. (Disponible sur toutes les plateformes)

A noter que j’ai très envie de placer Life Is Strange dans cette catégorie, mais je n’y ai pas encore joué et je n’ai aucune légitimité pour donner mon avis dessus. Néanmoins, puisque la majorité ne peut pas avoir tort et que le jeu est acclamé partout, penchez-vous sur ce jeu made in France ayant reçu 12 tonnes d’éloges depuis sa sortie. (Disponible sur toutes les plateformes)

Le-Titre Video Games Awards du “Jeu qui a été fait par un seul mec. Genre le mec il était là, chez lui, il a voulu faire un jeu, et il a fait ça tout seul. De A à Z. Tout seul. Sérieux. Et moi pendant ce temps je sais toujours pas faire cuire des pâtes correctement…”

axiom verge

Encore un jeu indépendant, et encore un jeu très retro. Axiom Verge, c’est comme si Super Metroid avait eu un enfant illégitime et qu’en 2015, celui-ci sortait de l’ombre. Sorti tout droit des entrailles d’une Super NES, Axiom Verge est un Metroidvania, c’est à dire un jeu de plateforme, de tir et d’exploration en 2D. Ce qui frappe évidemment, c’est la qualité du titre, qui aurait sûrement été un best-seller en 1990, mais qu’en plus il ne soit l’œuvre que d’un seul homme, Thomas Happ, est juste hallucinant. Le travail est tellement fouillé et détaillé que ça paraît inhumain. Au final, on se retrouve avec un jeu toujours volontairement daté dans le fond et dans la forme, qui nous prouve que le jeu vidéo peut se séparer de la nécessité de performance technique, et donne envie de se replonger corps et âme dans un Super Metroid ou un Castlevania, qui nous paraissent plus à l’ordre du jours que jamais désormais. (Disponible sur Steam, PS4 et PS Vita)

 

 

Le-Titre Video Games Awards du “jeu tellement beau et touchant que tu as pleuré devant ta Kinect. D’ailleurs tu t’es souvenu grâce à ça que tu avais une Kinect parce que sinon…”

Ori and the blind forest

 

Alors, je ne vais pas pouvoir parler longuement de ce jeu puisque je ne l’ai pas encore fait entièrement, néanmoins, mon impression et l’avis global se croisent pour dire qu’Ori and The Blind Forest est une merveille. Une merveille graphique tout d’abord parce que bordel que c’est beau. La direction artistique est sublime, originale et cette soundtrack est faite pour tirer les larmes directement depuis les glandes lacrymales. Ce plateformer 2D a aussi un cœur tout fondant sous cette jolie carapace, avec une histoire loin d’être manichéenne et des personnages tout aussi jolis que touchants. Pas avare non plus en difficulté, le jeu reste un vrai challenge. Mais un joli challenge, ceux que l’on surmonte avec plaisir et envie, comme on aimerait en voir plus souvent. (Disponible Xbox One et PC)

 

Le-Titre Video Games Awards du “Jeu qui n’est pas vraiment un jeu, mais qui en est un quand même. Mais pas vraiment. En fait tu sais pas trop mais c’était vachement bien”

her-story-banner

Gros coup de cœur de 2015: Her Story de Sam Barlow, le scénariste du très bon Silent Hill Shattered Memories. Comment expliquer simplement Her Story… Un “Cold Case Simulator” ? On va dire ça ! Vous êtes sur un PC sous Windows 95, et vous regardez les vieux interrogatoires d’une affaire datant de 1994. Vous avez accès à une barre de recherche qui sort des extrait de vidéos (vidéos avec une actrice “réelle”) selon les mots clés que vous entrez. Le but est de reconstruire l’histoire pour la comprendre. Car derrière cette affaire de disparition se cache une longue histoire, celle de la vie complexe de la femme que vous avez en face de vous. L’histoire de cette femme qui, au long de ces sept interviews va vous mener en bateau au point de vous mettre sur les fesses à chaque retournement de situation. C’est extrêmement bien ficelé, terriblement cohérent et encore plus intéressant à jouer avec quelqu’un à côté de vous, à essayer d’avancer de mot clé en mot clé pour dérouler cette longue histoire et reconstruire le puzzle. C’est pas cher, c’est bluffant, et ça vous reste dans l’esprit pendant longtemps. Une excellente expérience à la portée de tous. A condition que vous maîtrisiez un minimum la langue de Shakespeare et de Taylor Swift… (Disponible sur PC et iOS)

 

Le-Titre Video Games Awards du “Jeu qui transcende toutes les catégories, et qui, quoi qu’on puisse en dire, est le meilleur jeu de 2015”

The Witcher

On y peut rien, c’est comme ça: The Witcher 3 est le jeu de l’année 2015. Il restera dans les mémoires comme étant le RPG open world le plus ambitieux à ce jour. Comportant un monde complexe, une histoire riche, des personnages travaillés, une ambiance et une musique unique. Ce jeu vous prend aux tripes et ne vous lâche plus pendant des centaines d’heures. Jouer Geralt De Riv, ce chasseur de monstres au grand cœur dans les plaines de de Velen jusque sur les sommets des iles Skellige est un voyage inoubliable, où chaque rencontre au bord d’un chemin peut mener à une histoire complexe. Les amis du héros sont marquants et attachants au possible, la façon de construire une relation avec eux est complète comme rarement dans un jeu vidéo. Et puis c’est beau, et puis c’est grand, et puis c’est cohérent et sombre et magique. The Witcher 3 est, à mes yeux, l’un des meilleurs jeux de l’histoire. Point. Le dernier DLC n’est pas en reste puisque les 40h qui le compose sont toutes aussi somptueuses, et un autre contenu additionnel, encore plus massif celui là, viendra mettre un terme à cette longue aventure au début de l’année 2016. Et on a hâte. (Disponibles sur PC, PS4 et Xbox One)


C’est tout pour cette remise de récompenses ! Il reste surement des jeux qui vous auront aussi marqué en cette année 2015 mais qui ne sont pas dans la liste. Mais on espère aussi qu’on vous a donné envie de vous intéresser à des jeux que vous ne connaissiez peut-être pas ! En tout cas, 2015 fût un excellent crû, et l’année qui arrive risque d’être du même acabit. On reparlera d’ailleurs de nos attentes pour 2016 dans un prochain article très bientôt !

Et vous, vous avez d’autres jeux à récompenser avec des prix spéciaux ?

Mewtecia on twitterMewtecia on tumblrMewtecia on email2
Mewtecia
Rédacteur
23 ans. Étudiant en Master à Lille 3. Bossant beaucoup trop pour devenir game designer. Né avec une manette entre les mains, il a accumulé plus d'heures de jeu dans sa vie que d'heures de sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>