[Tech & Gadgets] La VR c’est pas (forcément) cher | LE TITRE

[Tech & Gadgets] La VR c’est pas (forcément) cher

La première fois que j’ai entendu parler de VR, ou de réalité virtuelle, c’était devant un épisode de Friends il me semble, et je devais avoir 7 ans. A l’époque, j’avais trouvé ça dément de pouvoir vivre un jeu vidéo de l’intérieur, simplement en portant un casque.

Je me souviens que j’avais aussi trouvé ça un peu flippant, mais il faut dire que dans les pubs les enfants se faisaient kidnapper dans leur console par les héros des jeux vidéos. Pas étonnant donc. Mais bon en ce temps là, pour moi en tout cas, la vr n’était qu’un fantasme de science fiction, et je n’aurais jamais pensé vivre son expansion comme nous la connaissons aujourd’hui. Mon erreur, comme celle la plupart des gens à l’époque, était de limiter mentalement l’utilisation de la VR au jeu vidéo, en n’imaginant même pas toutes les autres fonctionnalités que cette technologie, et sa petite seur la réalité augmentée (AR) pouvait conduire.

 

OCCULUS, DU FANTASME À LA REALITÉ

En 2012, un projet kickstarter relance les passions mondiales pour la réalité virtuelle. Il s’agit de l’occulus rift, un périphérique de réalité virtuelle fonctionnel et relativement compact, intégrant les dernières technologies en matière d’imagerie, et de gyroscopie. Il faut dire que le développement exponentiel des terminaux mobiles ont beaucoup aidé à cette évolution en parallèle du marché de la VR (l’Oculus Rift embarquant comme écran un Samsung Galaxy Note) Très vite la petite start-up à l’origine du projet est rachetée par Facebook, pour près de 4 milliards de dollars. Le projet Rift est toujours en développement même si de nombreuses versions développeur circulent à travers le monde. Sa commercialisation est prévue pour le début d’année 2016, et comptera alors de nombreux concurrents, puisque les géants de l’industrie de l’image et du jeu vidéo comptent également se lancer sur le marché de la VR. Parmi les modèles bientôt commercialisés, on trouve le PlayStation VR (anciennement Project Morpheus) pensé pour la PS4, le Samsung Gear VR, qui est lui plus un support où l’on insère son mobile Samsung, et le Holo Lens de Microsoft, annoncé en même temps que Windows 10, et qui nous permettra peut être de jouer à Minecraft assis sur les toilettes, via cette fois la réalité augmentée, puisqu’il souhaite plus transformer son environnement direct en espace de création, plutôt que d’enfermer l’utilisateur dans un monde virtuel séparé de la réalité.

FAISONS LA PART DES CHOSES

Mis à part ce dernier exemple, tous les dispositifs de VR dont nous avons parlé sont très axés sur le jeu vidéo, et coûteront au minimum 500€ (donc le même prix que la ps4 si vous voulez le PlayStation VR) de quoi réfléchir un peu avant de se jeter sur ces petits joujous. Le dev-kit d’Hololens coutera lui 3000$.

Mais vous me voyez déjà venir avec mes gros sabots, et en plus vous avez lu le titre, donc je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps. Parce que la VR, c’est pas forcément cher. Il faut faire une différence entre deux sortes de casques:

– D’un côté, les casques « hardware »(Oculus Rift, Playsation VR, HTC Vive), qui sont des petits ordinateurs autonomes, avec leur propre système, avec leurs propres moniteurs (souvent des smartphones d’ailleurs) et qui sont des extensions des PC et consoles.
– De l’autre les supports de VR (Homido, Samsung Gear) qui sont des coques vides, sans électronique, avec juste des lentilles, un strap pour s’accrocher à votre tête et de quoi être confortable pour tenir quelques bonnes heures de jeu. L’avantage avec ces casques, c’est qu’ils sont moins chers (entre 50 et 150€ environ pour des modèles solides) puisqu’ils n’embarquent rien. L’écran doit être ajouté par l’utilisateur qui y glisse son smartphone (de préférence avec un écran au dessus de 5,5 pouces). Néanmoins, ils ne sont pas en mesure de vous faire tourner un jeu lancé sur PC  ou console.

UN MARCHÉ EN CARTON

Mais en 2014, Google a défoncé le marché de la VR, avec du carton. Ouais du carton. Lors de la Google I|O, est présenté le Google Cardboard, un dispositif de VR en carton donc, dont les plans sont désormais en libre accès sur internet. A l’intérieur, ni écran, ni électronique. Juste quelques morceaux de carton, du scratch, deux lentilles, deux aimants, et un élastique. Et puisque c’est à vous d’assembler le tout, façon Ikea, aucun coup de main d’œuvre. Le tour de force de Google a été de rendre la VR accessible au monde entier, en remplaçant les composant électroniques par un objet que tout le monde possède déjà. Un smartphone.


En même temps, c’est logique, puisque sur un smartphone on a déjà un écran, un gyroscope, une caméra, et un haut parleur. Profitant de la montée en gamme matérielle des smartphones, les développeurs d’applications pour le cardboard se défoulent de plus en plus. Et puis avec un tel système les possibilités sont quasi infinies. La caméra du téléphone permet même de filmer ce qui se trouve devant l’utilisateur, pour faire de la AR, avec des systèmes de hud, ou des simulation en intégration dans la vie réelle. Un peu comme les Google Glass, mais en 100 fois plus immersif. Bien entendu on retrouve des jeux sur cardboard, mais leur limite est celle de l’interactivité que permet un tel dispositif. Ne disposant que d’un seul bouton, et pas d’une manette, le cardboard ne permet pas d’interaction complexe. Pas de jeu de plateforme adapté au speeedrun donc. Plutôt une expérience contemplative, à 360°, dans des univers soit merveilleux soit horrifiques. C’est vous qui voyez.

DES APPLICATIONS INFINIES

De plus, on se sert de plus en plus de ce support comme une possibilité de communiquer de façon novatrice. Legendary Pictures a par exemple sorti son application VR, incluant d’excellentes expériences immersives pour promouvoir ses prochains films (Warcraft, Crimson Peak et Pacifim Rim 2). Il en existe aussi pour Insidious 3 et Divergente qui sont réellement bluffantes. Plus original, aux Etats-Unis, le débat démocrate pour la présidentielle a été diffusé en VR sur internet. Aux États-Unis encore, Kelloggs a eu la bonne idée d’imprimer le patron d’un casque dans la boite de céréales, pour pouvoir la fabriquer nous même notre cardboard après le petit déjeuner et sans payer plus. Génial. On peut entrevoir ici le futur de la communication promotionnelle qui nous touchera d’une manière différente et plutôt intéressante.

Avec Cardboard, il est aussi possible de visiter le monde entier comme si vous y étiez. La muraille de Chine, le grand Canyon, ou le fond des océans, tout est visitable, ou le sera bientôt, sur votre smartphone et à 360°. Des applications permettent déjà de visiter certaines villes comme Tokyo, à travers une série des photos à 360°. Bientôt, cardboard sera pleinement intégré à l’application Google Maps, et vous permettra de vous balader dans les rues et les routes du monde entier, sans avoir à cliquer pour voir autour de vous. C’est d’ailleurs une fonction qu’a développé Google avec son projet « Expeditions » : en distribuant à une classe des smartphones, des carboard, et une tablette, Google permet aux élèves du monde entier de visiter des du monde entier, comme la muraille de chine, ou la grande barrière de corail.

En 2015, lors de la Google I|O, est lancé un nouveau Cardboard. Plus pratique, et plus grand, pour pouvoir intégrer les nouveaux téléphones, aux écrans allant jusqu’à 6″.

La vidéo 360°, même tournée en 4K, reste quand même assez moche, il faut le dire. Mais à la vitesse que connait l’amélioration de la définition des caméras, même grand public, on devrait voir apparaître les premières belles vidéos en 360 d’ici la fin 2015. Google travaille déjà sur un système baptisé jump, composé de 16 Gopro et d’un rig circulaire imprimable en 3d. Le tout associé à un logiciel ultra performant hébergé chez Google, qui associe les 16 vidéos pour en créer une seule, et composer une perspective dynamique selon l’angle de vue de l’utlisateur. Un tel logiciel demande une puissance de calcul qu’aucun ordinateur sur le marché n’est capable de fournir. Donc Google l’hébergera et le rendra disponible gratuitement pour tous. Merci Google.

LE CARTON C’EST BIEN, MAIS…

En ce qui me concerne, toutes ces innovations me rendent dingue, et j’ai hâte de voir ce que la VR nous apportera d’ici quelques années. J’ai un cardboard, que j’ai acheté pour une poignée de dollars sur un site chinois, mais je trouve qu’il s’use assez vite, et qu’il supporte assez mal les démontages et remontages successifs. Et puis c’est du carton, donc un peu d’humidité, ou un choc, et le cardboard fait vite la tronche. Donc j’ai décidé de sauter le pas, et j’ai craqué pour un système équivalent, en plastique, beaucoup plus durable, et transportable. Il en existe plusieurs, avec chacun son petit plus. Le confort, le prix, la modularité.

Pour le confort et le design, j’opterai pour le petit français Homido.

Mais personnellement, j’ai opté pour le DSCVR de la firme hongkongaise I am Cardboard. Bien entendu c’est un kickstarter, hein vous ne me changerez pas… Mais le produit m’a rapidement plu, parce qu’il est fabriqué à partir de matériaux de qualité, qu’il est repliable, qu’il est livré dans une boite en plastique et que tous les backers militent activement pour ajouter un headstrap.

Et le cardboard étant de toute façon libre de droit, il existe des millions de clones sur eBay ou Amazon, où il n’est pas difficile d’en trouver pour moins de 5€.

Pour résumer, la VR, ça passera évidemment par Oculus et son Rift, Sony et son PSVR, HTC/Valve et leur Vive. Mais ces derniers seront limité par leur prix et leur utilisation très portée sur le jeu vidéo. Mais la VR, c’est bien plus que ça. Si vous avez peur de vous acquitter des 500€ qui vous seront demandé à la sortie de ces machines, et voir par vous même à quel point la VR, c’est quand même cool, tournez vous vers les Cardboard et autres supports à bas prix permettant d’y glisser votre smartphone. Et puis il est de plus en plus clair que ces derniers sont plus enclins à proposer des expériences diverses et qu’il offre la possibilité d’une nouvelle forme de communication. Les possibilités sont nombreuses, variées, et l’interet grandissant de toutes sortes d’industries pour ce support accessible à tous nous laissent à penser qu’une révolution est en marche. Prenez de l’avance. Passez à la VR!

 Cet article a été rédigé à quatre mains, avec la complicité de Mewtecia.

Thomas on youtubeThomas on instagramThomas on facebookThomas on email2
Thomas
Fondateur - Rédacteur en chef
Véritable touche à tout 2.0, Thomas cumule les passions et les intérêts sans jamais se lasser.
Le-titre.fr, c'est son fils, sa bataille.

Street-Golfer
Infocom-Lille3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>